Mme El Kasmi - Lycée Van Gogh
Vous souhaitez réagir à ce message ? Créez un compte en quelques clics ou connectez-vous pour continuer.
-35%
Le deal à ne pas rater :
KARCHER : promo sur nettoyeur haute pression K5 Compact (via ODR ...
241.99 € 369.69 €
Voir le deal

Aller en bas
avatar
Messages : 16
Date d'inscription : 16/03/2020
Voir le profil de l'utilisateur

Séance 1 - ET n°10 : Le meurtre de la mère - Page 3 Empty Re: Séance 1 - ET n°10 : Le meurtre de la mère

le Mar 24 Mar - 15:22
l. 29 : quelle figure de style a-t-on ici ?
Je pense qu'il s'agit d'une métaphore.
avatar
Admin
Messages : 356
Date d'inscription : 16/03/2020
Voir le profil de l'utilisateurhttps://el-kasmi-van-gogh.forumactif.com

Séance 1 - ET n°10 : Le meurtre de la mère - Page 3 Empty Re: Séance 1 - ET n°10 : Le meurtre de la mère

le Mar 24 Mar - 15:25
Exactement Andrea ! On a même trois métaphores : celle du "tronc d'arbre" (ce qui a transformé Zucco en meurtrier), celle du "chemin si droit" (la vie paisible que lui offrait l'amour de sa mère) et "l'abîme" (la vie de meurtrier fugitif qu'il est maintenant obligé de mener).
avatar
Messages : 16
Date d'inscription : 17/03/2020
Voir le profil de l'utilisateur

Séance 1 - ET n°10 : Le meurtre de la mère - Page 3 Empty Re: Séance 1 - ET n°10 : Le meurtre de la mère

le Mar 24 Mar - 17:42
Ligne 20 : "Est-ce moi, Roberto, est-ce moi qui t'ai accouché ? Est-ce de moi que tu es sorti?"
= phrase interrogative, répétition
Sa mère se pose énormément de questions , on voit qu'elle a dû mal à accepter que son fils ai changé de comportement , elle n'arrive pas à y croire que c'est son propre fils. On ressent ici que sa mère est déçue.

Ligne 25: "Pourtant, je reconnais la forme de ton corps, ta taille, la couleur de tes cheveux, la couleur de tes yeux"
= Adverbe----"Pourtant"
On voit que sa mère sait très bien que c'est lui , elle le reconnait très bien physiquement .Mais mentalement elle ne le reconnais plus , elle n'arrive pas à y croire que c'est son fils.

Ligne 28: "Pourquoi cet enfant, si sage pendant vingt-quatre ans, est-il devenu fou brusquement?
= phrase interrogative
Sa mère se pose des questions, on comprend que son fils n'étais pas comme sa durant toute son enfance pendant 24 ans il était tout sage , elle ne comprend pas pourquoi est-ce qu'il est devenu fou d'un coup , cela démontre qu'elle ne le reconnait plus.
avatar
Admin
Messages : 356
Date d'inscription : 16/03/2020
Voir le profil de l'utilisateurhttps://el-kasmi-van-gogh.forumactif.com

Séance 1 - ET n°10 : Le meurtre de la mère - Page 3 Empty Re: Séance 1 - ET n°10 : Le meurtre de la mère

le Mar 24 Mar - 18:45
Lina : l. 20 : Oui, tu fais bien de parler de déception - elle n'arrive pas à se dire que le fils dont elle a accouché, qu'elle a aimé et élevé est le meurtrier qu'elle a maintenant sous les yeux.
l. 25 : Oui, comme pour la l. 20, on voit bien qu'elle n'arrive pas à réconcilier le Roberto qu'elle a élevé et l'homme qu'elle a sous les yeux maintenant, qui a tué son mari.
l. 28 : Oui. En plus, on note qu'elle parle de lui à la 3e personne, alors que ce n'était pas le cas avant => c'est une manière de le mettre à distance, comme si elle s'était détachée de lui.
avatar
Messages : 15
Date d'inscription : 16/03/2020
Voir le profil de l'utilisateur

Séance 1 - ET n°10 : Le meurtre de la mère - Page 3 Empty Re: Séance 1 - ET n°10 : Le meurtre de la mère

le Mar 24 Mar - 19:55
Et tu as tout à fait raison de parler d’allitération, surtout au théâtre où les mots ont vocation à être prononcés => ici, la répétition du son [t] me semble intéressante, qu’est-ce qu’elle peut provoquer comme effet produit ? Est-ce que c’est un son doux, agréable à entendre ?
Cette allitération permet de donner un aspect de dureté au texte avec ces sons à consonnance dure, brève et violente. Ainsi cela permet d’imaginer la scène au lecteur, puisque ces sons accentuent et mettent en valeur tous les thermes liés à la mort ou à la violence.
avatar
Messages : 15
Date d'inscription : 16/03/2020
Voir le profil de l'utilisateur

Séance 1 - ET n°10 : Le meurtre de la mère - Page 3 Empty Re: Séance 1 - ET n°10 : Le meurtre de la mère

le Mar 24 Mar - 20:19
Ligne 30-31 : « une voiture qui s’est écrasée au fond d’un ravin, on ne la répare pas. Un train qui a déraillé, on n’essaie pas de le remettre sur les rails. » => 2 métaphores=> ici, la mère illustre son fils par des objets, une voiture, un train, ce qui permet de le déshumaniser, d’enlever toute l’empathie (puisqu’on se dit certainement que ces actes ont pour cause de lourds évènements ou un problème psychologique/psychiatrique ) qu’on pouvait éventuellement éprouver face à Roberto. Ces métaphores ont pour but de faire comprendre à Roberto que c’est une « cause perdue », que le mal qui s’est déroule ne pourra jamais être pardonné ou oublié.

Ligne 27-28 ; « ces grandes mains fortes qui n’ont jamais servi qu’à caresser le cou de ta mère, qu’à serrer celui de ton père, que tu as tué. »=> antithèse, ici on n’a d’une part la tendresse, l’affection qu’il a exprimé de ses mains envers sa mère, et d’autre part le fait qu’elles ont également servi à étrangler son père dans le but de le tuer, au travers de cette antithèse, le lecteur peut donc comprendre l’ambivalence des sentiments de Roberto qui peut produire des actes d’affection envers sa mère, mais aussi des actes morbides envers son père. Ces sentiments ambivalents peuvent également être simultanés puisqu’il tue sa mère dans un moment de tendresse dans la partie 3.

Ligne 31-32 : « On l’abandonne, on l’oublie. Je t’oublie, Roberto, je t’ai oublié. » => polyptote, ici on a la répétition du verbe « oublier » avec une variation de temps et de personne. => l’utilisation du pronom « on » permet de rendre la décision de la mère d’oublier son fils presque inéluctable, comme si c’était ce que tout le monde aurait fait. Ainsi, la répétition de verbe oublier permet à la mère de se convaincre elle-même qu’elle est déterminée dans son choix mais également de le faire comprendre à Roberto, bien que malgré son instinct maternel qui ne veut pas abandonner son fils, c’est la seule issue plausible à cette situation.
avatar
Admin
Messages : 356
Date d'inscription : 16/03/2020
Voir le profil de l'utilisateurhttps://el-kasmi-van-gogh.forumactif.com

Séance 1 - ET n°10 : Le meurtre de la mère - Page 3 Empty Re: Séance 1 - ET n°10 : Le meurtre de la mère

le Mer 25 Mar - 10:07
Alex : TB pour l'interprétation de l'allitération en [t], c'est effectivement un son dur, violent.
l. 30-31 : Absolument. On a clairement ici une déshumanisation et une absence de compassion pour Zucco. Il n'est maintenant rien d'autre qu'un meurtrier aux yeux de sa mère, il ne mérite pas d'être sauvé.
l. 27-28 : Très bien. On a ici une annonce de la mort de la mère qui survient quelques lignes plus tard => les caresses sur son cou dont elle parle lui seront fatales. L'ambivalence dont tu parles va plus loin => il n'est pas simplement violent avec son père et doux avec sa mère, il peut être en même temps violent et doux envers la même personne, comme lorsqu'il tue sa mère à la fin de la scène.
l. 31-32 : Bien pour le polyptote autour du verbe oublier => on peut surtout noter qu'il est au passé composé à la fin de la phrase : l'acte d'oubli de la part de la mère a déjà eu lieu. Elle essaie en effet de se convaincre elle-même qu'elle n'a plus rien à voir avec ce fils qu'elle a pourtant engendré.
avatar
Messages : 6
Date d'inscription : 16/03/2020
Voir le profil de l'utilisateur

Séance 1 - ET n°10 : Le meurtre de la mère - Page 3 Empty Re: Séance 1 - ET n°10 : Le meurtre de la mère

le Mer 25 Mar - 10:54
-l29  « Qui a posé un tronc d’arbre sur ce chemin si droit pour te faire tomber dans l’abîme? »
C’est une allégorie, la mère de Roberto ne comprend pas et essaye de comprendre pourquoi son fils est devenu tels un meurtrier. L’image du tronc d’arbre représente le problème qui a pu arriver pour qu’il déveine ainsi et l’image du chemin droit fait comprendre que avant c’est 24 c’était un jeune homme « irréprochable » aux yeux de sa mère. Le mère de Roberto cherche à comprendre ce qu’il l’a fait dérailler mais au fond d’elle elle sait qu’il ne reviendra pas comme avant car elle parle de l’anime, un trou sans fin donc il ne peut revenir.

-l30  « un train qui a déraillé, on n’essaye pas de le remettre sur les rails. »
C’est encore une allégorie, quand un train déraille c’est une catastrophe bien c’est la
même situation pour la vie de Roberto, d’ailleurs personne ne peut plus rien faire pour lui. C’est une fatalité rien y personne ne peut l’aider.

-l31 « On l’abandonne, on l’oublie. Je t’oublie, Roberto, je t’ai oublié. »
La figure de style employée et la répétition la mère de Roberto ne veut plus accorder de chance à son fils de se rattraper sa décision et radicale et définitif elle ne veut plus entendre parler de lui ni être associé à lui. Et le fait de le répéter est une façon à elle de se persuadera qu’elle l’a définitivement oublié.
avatar
Admin
Messages : 356
Date d'inscription : 16/03/2020
Voir le profil de l'utilisateurhttps://el-kasmi-van-gogh.forumactif.com

Séance 1 - ET n°10 : Le meurtre de la mère - Page 3 Empty Re: Séance 1 - ET n°10 : Le meurtre de la mère

le Mer 25 Mar - 11:35
Leïla : l. 29 : On peut en effet considérer que c'est une allégorie ou une métaphore (c'est en tout cas une figure de substitution). Oui, tu as raison, l'image de "l'abîme" est particulièrement parlante, et montre qu'il n'y a plus d'espoir pour Zucco => il s'est engagé dans cette sombre voie de la violence et n'en ressortira pas.
l. 30 : Très bien. On peut souligner la dureté des paroles de la mère, qui considère que rien ne pourra sauver son fils. Ce n'est plus un amour inconditionnel qu'elle a pour lui.
l. 31 : Oui, la mère essaie de se persuader qu'elle l'a oublié, ce qui semble pourtant illusoire. Mais c'est une marque ici de sa tentative (désespérée) de distanciation vis-à-vis de son fils.
avatar
Messages : 11
Date d'inscription : 16/03/2020
Voir le profil de l'utilisateur

Séance 1 - ET n°10 : Le meurtre de la mère - Page 3 Empty Re: Séance 1 - ET n°10 : Le meurtre de la mère

le Mer 25 Mar - 12:12
relevé : " un train qui a déraillé "
analyse : métaphore
interprétation : la mère montre son envie d'oublier son fils elle n'a pas le choix car elle ne pourra jamais accepté ce qu'on fait ce que son fils a fait. on peut penser que quand elle parle qu'un train a déraillé on ne peut pas le remettre sur le droit chemin c'est trop tard pour le remettre sur le droit chemin.

relevé: "pourtant , je reconnais [...] la couleur de tes yeux"
analyse: adverbe
interprétation: Le lecteur comprend que la mère reconnaît son fils elle le reconnaît physiquement mais pas mentalement elle se demande si c'est vraiment lui comme si elle espérait que ce soit un clone, une personne double de son fils.

relevé: "est-ce moi Roberto [...] est-ce de moi que tu es sorti ?
analyse: répétition du mot "est-ce" et phrase interrogative
interprétation: La mère se pose des questions elle a du mal à comprendre/assimilé/a accepté que son fils est autant changé. Le lecteur peut penser que la mère regrette de l'avoir fait naître, elle semble sans vouloir qu'il soit né
avatar
Admin
Messages : 356
Date d'inscription : 16/03/2020
Voir le profil de l'utilisateurhttps://el-kasmi-van-gogh.forumactif.com

Séance 1 - ET n°10 : Le meurtre de la mère - Page 3 Empty Re: Séance 1 - ET n°10 : Le meurtre de la mère

le Mer 25 Mar - 12:35
Natacha : 1. Oui, pour elle le meurtre de son mari est bien sûr un crime irréparable, même s'il a été commis par son fils.
2. Tu as raison. On a l'impression ici qu'il y a deux Roberto Zucco, le fils qu'elle a connu, aimé, élevé et qu'elle reconnaît, et le meurtrier qui a tué son mari. Elle n'arrive pas à réconcilier les deux, comme si c'était un "clone", comme tu l'as dit.
3. On peut l'interpréter comme un regret de lui avoir donné naissance, mais on peut aussi le voir comme une véritable incompréhension => encore une fois, elle n'arrive pas à accepter que son fils et le meurtrier de son mari sont une seule et même personne.
avatar
Messages : 11
Date d'inscription : 16/03/2020
Voir le profil de l'utilisateur

Séance 1 - ET n°10 : Le meurtre de la mère - Page 3 Empty Re: Séance 1 - ET n°10 : Le meurtre de la mère

le Mer 25 Mar - 17:15
partie 3:

l.37 | relevé: " il s'approche, la caresse, l'embrasses, la serre."
analyse : épanaphore (?) et gradation
interprétation: la mère peut se dire que Roberto veux montrer, une dernière fois, de la douceur comme pour dire qu'il est toujours son fils ,qu'il est capable d'être gentil.

l.35-36 | relevé: "tu me l'a juré" "je l'ai juré"
analyse: épanode (?)
interprétation: la mère se rabat sur la promesse qu'a fait son fils, on peut penser qu'elle reprend espoir : qu'elle ne verra plus le meurtrier de son mari. on peut alors penser que Roberto va tenir cette promesse car il lui promet la mère pense qu'il ne va pas le tuer.

l.33 | relevé: "avant de m'oublier, dis moi où est mon treillis"
analyse: adverbe
interprétation: Avec cette adverbe, Roberto a l'air moqueur comme s'il savait qu'elle n'allait jamais l'oublier.
avatar
Admin
Messages : 356
Date d'inscription : 16/03/2020
Voir le profil de l'utilisateurhttps://el-kasmi-van-gogh.forumactif.com

Séance 1 - ET n°10 : Le meurtre de la mère - Page 3 Empty Re: Séance 1 - ET n°10 : Le meurtre de la mère

le Mer 25 Mar - 17:52
Natacha : l. 37 : C'est en effet une épanaphore, mais on peut dire tout simplement qu'il s'agit ici d'une accumulation. Tu as raison pour l'interprétation, mais il faut plutôt réfléchir ici sur la raison pour laquelle Koltès décide de faire de Zucco un tueur tendre, plutôt que violent. Quel message sur la nature humaine souhaite-t-il faire passer ici ?
l. 35/36 : C'est plutôt un polyptote qu'une épanode, mais encore une fois au niveau du lycée, une répétition me suffit. Bien pour l'interprétation, la mère semble en effet prête à croire à la promesse de Zucco. Lorsqu'il le confirme, cela peut nous sembler d'autant plus cruel que nous savons qu'il va tout de même la tuer.
l. 33 : Très bonne interprétation. En effet, on peut tout à fait imaginer Zucco dire "avant de m'oublier" de manière ironique, comme s'il se moquait de sa mère. Il sait très bien qu'elle ne pourra pas l'oublier.
avatar
Enzo Hamel, Timothy
Invité

Séance 1 - ET n°10 : Le meurtre de la mère - Page 3 Empty Re: Séance 1 - ET n°10 : Le meurtre de la mère

le Jeu 26 Mar - 12:43
Partie 2/
L24 R/je croyais que ce n'est pas mon fils que j'ai devant.
A/phrase négative
I/ La mère de zucco ne voulait pas voir le changements de comportement de son fils pour ce qu'il à fait. Lors de son enfance Roberto été un enfant agréable. Plus il grandisser plus son comportement changea, il devenez agressif, jusqu'au point de tuer son propre père de sans froids.

L20/R/est- ce moi, Roberto, est-ce qui t'ai accouché ? Est-ce de moi que tu es sorti ?
A/ répétition de "est-ce de moi"
I/ La mère de zucco se pose des questions. On à l'impression que la mère de zucco remets en questions ( reni) l'existence de son fils

L28/R/si sage pendant vingt quatre ans, est-il devenu fou brusquement
A/ phrase interrogatif.

Sa mère ce demande comment à t'il pue devenir fou, elle pense qu'elle n'a pas fait accès attention à son fils quand t'il était petit. Elle ne l'a pas vue grandir mentalement, elle pense avoir raté sont éducation pour qu'il en arrive ainsi.

Partie 3:
L33/R/ avant de m'oublier, dis moi ou est mon treillis
I/Roberto se fiche de sa mère, tout se qu'il l'importe c'est de récupérer son treillis. Roberto ne veut pas que ça mère ne l'oublie avant que sa mère lui rendent sont treillis.
L34/R/il est là, dans le panier.

I/la mere de Roberto cède est lui donne sont treillis pour quel l'oublie une bonne fois pour toute.

L/38/R/il la lache
Roberto tient ça promesse. Il est partie, mais à ôté la vie de sa mère re
avatar
Lisa Deschamps
Invité

Séance 1 - ET n°10 : Le meurtre de la mère - Page 3 Empty Re: Séance 1 - ET n°10 : Le meurtre de la mère

le Jeu 26 Mar - 13:09
Ligne 33:
"Avant de m'oublier, dis-moi où est mon treillis"
Avant= préposition et phrase marquée d'une virgule séparent un verbe à l'infinitif et un verbe au présent
Ici Roberto nous laisse comprendre que si sa mère veut l'oublier ses son choix ça ne lui fait ni chaud ni froid, il persiste avec son treillis qui est visiblement plus important que sa mère.


Ligne 35:
"Et maintenant, va-t'en, tu me l'as juré"
Phrase complexe
Roberto à enfin obtenu ce qu'il voulait tant, à présent sa mère ne veut plus lui faire face. Elle veux absolument que son fils parte, déterminé à l'oublier.


Ligne 37:
"Il s'approche, la caresse, l'embrasse, la serre; elle gémit"
Gradation
Les pulsions meurtrières de Roberto Zucco remonte à la surface. Cependant il semble être très précis dans ses mouvements en sachant tout à fait ce qu'il effectue. Il a voulu faire croire à de doux au revoir en s'approchant en l'embrassant... Ce qui montre encore une fois sa cruauté, sans pitié.
avatar
Admin
Messages : 356
Date d'inscription : 16/03/2020
Voir le profil de l'utilisateurhttps://el-kasmi-van-gogh.forumactif.com

Séance 1 - ET n°10 : Le meurtre de la mère - Page 3 Empty Re: Séance 1 - ET n°10 : Le meurtre de la mère

le Jeu 26 Mar - 13:14
Enzo et Timothy : Partie 2 :
l. 24 "je crorais" : Oui, vous avez raison mais il est plus intéressant ici de se concentrer sur la mère, qui ne parvient pas à reconnaître (moralement) son fils.
l. 20 : Bien.
l. 28 : Pourquoi pas - on peut se demander si elle se sent vraiment coupable. Elle en parle aussi comme si la folie de Zucco était un accident, que personne ne pouvait éviter de toute façon.

Partie 3:
l. 33 : A nuancer => il ne pense pas sincèrement que sa mère puisse l'oublier, on a un peu d'ironie ici. Mais tu as raison de dire que le treillis est tout ce qui compte à ses yeux => pour quelle raison ? Qu'est-ce que cela pourrait représenter pour lui ? (attention à "se ficher" qui est familier)
l. 38 : A compléter.

avatar
Admin
Messages : 356
Date d'inscription : 16/03/2020
Voir le profil de l'utilisateurhttps://el-kasmi-van-gogh.forumactif.com

Séance 1 - ET n°10 : Le meurtre de la mère - Page 3 Empty Re: Séance 1 - ET n°10 : Le meurtre de la mère

le Jeu 26 Mar - 13:20
Lisa : l. 33 : Oui pour l'analyse, même si on peut plutôt noter le mode du verbe dire qui est à l'impératif. Tu as raison de dire que le treillis semble particulièrement important pour lui => pour quelle raison ? Qu'est-ce que Koltès a pu vouloir mettre en avant avec ce détail ?
l. 35 : On peut préciser l'analyse => combien de propositions a-t-on ici ? Comment sont-elles reliées : sont-elles juxtaposées, coordonnées, subordonnées ? La mère semble avoir en effet définitivement mis de côté son amour maternel pour son fils, et ne semble pas particulièrement déchirée de le voir partir.
l. 37 : TB. On peut même s'interroger sur ce qui lui traverse l'esprit à ce moment-là => était-ce vraiment prémédité ? Voulait-il lui faire croire à des adieux inoffensifs ? Ou est-ce que c'est juste son instinct meurtrier qui a pris le dessus ? On peut s'interroger...
avatar
Messages : 16
Date d'inscription : 16/03/2020
Voir le profil de l'utilisateur

Séance 1 - ET n°10 : Le meurtre de la mère - Page 3 Empty Re: Séance 1 - ET n°10 : Le meurtre de la mère

le Ven 27 Mar - 13:14
"Avant de m’oublier" adverbe => Sa mère veut l'oublier, elle ne peut pas supporter l'idée que son fils soit un meurtrier, encore une fois, elle n'accepte pas son acte.

"Et maintenant, va-t’en, tu me l’as juré" impératif => Roberto lui a promis de partir quand il aurait récupérer son treillis pour que sa mère puisse l'oublier.


"Il la lâche et elle tombe, étranglée." accumulation => Roberto après avoir tué son père tue sa mère. C'est Roberto devait partir mais c'est sa mère qu'il a fait partir.
avatar
Admin
Messages : 356
Date d'inscription : 16/03/2020
Voir le profil de l'utilisateurhttps://el-kasmi-van-gogh.forumactif.com

Séance 1 - ET n°10 : Le meurtre de la mère - Page 3 Empty Re: Séance 1 - ET n°10 : Le meurtre de la mère

le Ven 27 Mar - 13:32
Andrea : 1. Attention, ces paroles sont prononcées par Zucco, elles révèlent donc plus de choses sur lui que sur sa mère. Ici, Zucco ne semble même pas remettre en cause la décision de sa mère de tenter de l'oublier. On peut même considérer qu'il est plutôt ironique ici, comme si de toute manière elle ne pourra pas l'oublier.
2. Oui, mais attention à la paraphrase => on peut surtout noter que cet impératif n'est pas très chaleureux de la part de la mère, elle repousse clairement son fils.
3. Oui, mais je trouve surtout qu'il y a une chose très intéressante à étudier ici => le participe passé "étranglée" n'a pas de sujet : bien sûr que c'est Zucco qui a étranglé sa mère, mais Koltès choisit de ne pas le rappeler explicitement, comme pour l'excuser de ce matricide.
Contenu sponsorisé

Séance 1 - ET n°10 : Le meurtre de la mère - Page 3 Empty Re: Séance 1 - ET n°10 : Le meurtre de la mère

Revenir en haut
Permission de ce forum:
Vous pouvez répondre aux sujets dans ce forum