Mme El Kasmi - Lycée Van Gogh
Vous souhaitez réagir à ce message ? Créez un compte en quelques clics ou connectez-vous pour continuer.
-42%
Le deal à ne pas rater :
Montre Ice-Watch pour Femme – ICE glam Black Rose Gold
52 € 89 €
Voir le deal

Aller en bas
avatar
Admin
Messages : 356
Date d'inscription : 16/03/2020
Voir le profil de l'utilisateurhttps://el-kasmi-van-gogh.forumactif.com

Séance 1 - ET n°10 : Le meurtre de la mère - Page 2 Empty Re: Séance 1 - ET n°10 : Le meurtre de la mère

le Ven 20 Mar - 11:36
Très bon résumé Alex. En effet, c'est intéressant de voir que lorsque la mère de Zucco aborde le sujet de la mort de son mari, on a l'impression que cela lui demande un effort, comme si Zucco avait le pouvoir de le lui faire oublier. Elle lui demande clairement de partir, en disant qu'elle veut l'oublier, même si on sent encore une forme d'amour maternel dans son discours.
Très bien pour la séparation en 4 parties aussi.
avatar
Admin
Messages : 356
Date d'inscription : 16/03/2020
Voir le profil de l'utilisateurhttps://el-kasmi-van-gogh.forumactif.com

Séance 1 - ET n°10 : Le meurtre de la mère - Page 2 Empty Re: Séance 1 - ET n°10 : Le meurtre de la mère

le Ven 20 Mar - 16:22
Bonsoir à tou.te.s,

Je considère que vous avez tous compris cet extrait, on va commencer maintenant à travailler sur cette explication de texte en utilisant la méthode RAI. Donc dès lundi matin, vous me proposerez chacun 3 RAI sur la 1e partie (l. 1 à 19) sur cette discussion.
Comme on le fait en classe, je commenterai alors vos propositions sur ce forum, jusqu'à ce qu'on passe à la 2e partie, et ainsi de suite.

Profitez bien de votre week-end ! (Sans sortir de chez vous bien sûr... Wink )

Par ailleurs, avec ma classe de première je vais mettre en place des rdv Zoom avec les volontaires, pas pour vous faire un cours, mais échanger de vive voix sur les textes, répondre de manière plus précise à vos questions, etc. Qu'est-ce que vous en pensez ?
avatar
Messages : 15
Date d'inscription : 16/03/2020
Voir le profil de l'utilisateur

Séance 1 - ET n°10 : Le meurtre de la mère - Page 2 Empty Re: Séance 1 - ET n°10 : Le meurtre de la mère

le Ven 20 Mar - 19:25
Bonsoir,
Je pense que les réunions groupes peuvent être une bonne idée pour nous mettre d’étudier les textes sans que la lassitude s’installe. Mais je trouve qu’il est difficile d’échanger en vidéoconférence à 30, ça devient vite le « bazars ».
avatar
Messages : 16
Date d'inscription : 17/03/2020
Voir le profil de l'utilisateur

Séance 1 - ET n°10 : Le meurtre de la mère - Page 2 Empty Re: Séance 1 - ET n°10 : Le meurtre de la mère

le Ven 20 Mar - 19:44
Bonsoir madame,
Je pense aussi que ce serai une bonne idée les réunions groupes . Je suis d'accord avec Alex , faire une vidéoconférence à 30 ce serai compliqué , on ne s'entendra pas tous.
Bonne soirée à vous.
avatar
Admin
Messages : 356
Date d'inscription : 16/03/2020
Voir le profil de l'utilisateurhttps://el-kasmi-van-gogh.forumactif.com

Séance 1 - ET n°10 : Le meurtre de la mère - Page 2 Empty Re: Séance 1 - ET n°10 : Le meurtre de la mère

le Sam 21 Mar - 11:42
Oui, je suis complètement d'accord avec vous, on ne va clairement pas le faire à 30. Je prépare un document pour que vous puissiez vous inscrire aux horaires qui vous conviennent, avec pas plus de 8-10 élèves par session. En plus, je ne pense pas que ces rendez-vous dureront un heure complète, ce sera juste pour répondre à vos questions et expliquer 2/3 éléments sur les textes.
Je travaille donc sur un planning et je vous le propose lundi.
Bonne journée !
avatar
Messages : 16
Date d'inscription : 17/03/2020
Voir le profil de l'utilisateur

Séance 1 - ET n°10 : Le meurtre de la mère - Page 2 Empty Re: Séance 1 - ET n°10 : Le meurtre de la mère

le Sam 21 Mar - 12:38
Bonjour madame,
Je suis d'accord avec vous , (juste les personnes qui ne sont pas intéressés par cela , ça ne sert a rien de venir, cela est inutile).
Bonne journée à vous.
avatar
Messages : 16
Date d'inscription : 17/03/2020
Voir le profil de l'utilisateur

Séance 1 - ET n°10 : Le meurtre de la mère - Page 2 Empty Re: Séance 1 - ET n°10 : Le meurtre de la mère

le Dim 22 Mar - 14:14
PARTIE 1:
l°1 à 5 :"Laisse moi le temps de te le laver, de le faire sécher, de le repasser"."Je le laverai moi même ".
Elle parle de laver le treillis pour lui, cela nous montre qu'elle le retient . On voit ici qu'elle ne peut pas s'empêcher d'avoir un comportement protecteur
de mère avec lui, même si c'est un meurtrier fugitif et qu'il a tué ses deux parents ( patricide , matricide). Cela nous fait comprendre qu'elle essaie d'en
profiter un maximum avant qu'il parte.

l°2 et 3 : " Ne crie pas , Roberto ne crie pas , tu me fait peur ; ne crie pas. Je ne peux pas te le donner, c'est impossible."
----> phrase négative , répétition du mot "ne crie pas"
Cela nous fait comprendre que sa mère a peur de lui , mais finalement elle n'a pas si peur de lui car c'est un "étrange" étranglement , cela a été fait en
douceur. Juste avant l'étranglement(l°10) , elle se pose énormément de questions en se demandant s'il va la tuer à son tour, elle lui fait aussi
comprendre qu'elle porte encore le deuil de son père.

l°14 à 19 : "Ne soit pas gentil avec moi Roberto " = phrase négative .
On voit que la mère l’incite à qu'il ne soit pas gentil avec elle , elle lui fait comprendre qu'elle est en deuil et qu'elle ne veux pas oublier qu'il a tué son
père et qu'il l'a jeté comme par la fenêtre comme on jette une cigarette.On voit qu'elle a dû mal à "accepter" la mort de son conjoint.
"Oublie maman" cela nous montre qu'il essaie de fuir la situation , on voit qu'il essaie de lui faire oublier .

l°11 : "J'ai toujours été doux et gentil avec toi". Il tente de nous montrer une image plus douce de lui , car nous avons une mauvaise image de lui
comme :violent, tueur, irrespectueux. L'effet que Roberto Zucco tente de produire chez nous c'est de rassurer le lecteur car on pense qu'il est "méchant".
Roberto Zucco ne semble pas vraiment "méchant" au sens traditionnel du terme car il a quand même une part d'humanité étant "gentil" avec sa mère,
lorsqu'il la serre , il ne la serre pas de façon à lui faire du mal
Le fait qu'il soit "gentil" avec sa mère, cela crée chez le lecteur l'effet du soulagement et de la tendresse, alors cela nous montre une image plus douce de
lui.






avatar
Lisa deschamps
Invité

Séance 1 - ET n°10 : Le meurtre de la mère - Page 2 Empty Re: Séance 1 - ET n°10 : Le meurtre de la mère

le Dim 22 Mar - 15:27
Ligne 2:
"Ne crie pas, Roberto, ne crie pas, ne crie pas"
Répétition du groupe de mot "ne crie pas"= Anaphore
Cette répétition souligne l'insistance de la mère pour que son fils se taise. On ressent la peur de la mère.

Ligne12:
"Pourquoi est-ce que tu me donnerais pas mon treillis?"
Phrase interrogative
Roberto a une obsession pour son treillis, il le veut absolument toute suite quitte à le laver lui même.

Ligne16-17:
"Comment veux-tu que j'oublie que tu as tué ton père, que tu l'as jeté par la fenêtre, comme une cigarette.
Question rhétorique et comparaison: comparé= le père outils de comparaison= comme, comparant= la cigarette
A travers cette phrase, on comprend la facilité du geste qu'a effectué Roberto( comme une cigarette) mais néanmoins cruel. La mère est désemparée de cette situation et repense souvent à cette horrible scène.
avatar
Messages : 6
Date d'inscription : 16/03/2020
Voir le profil de l'utilisateur

Séance 1 - ET n°10 : Le meurtre de la mère - Page 2 Empty Re: Séance 1 - ET n°10 : Le meurtre de la mère

le Dim 22 Mar - 21:59
-l10« Je porte encore le deuil de ton père »
=> je porte encore le deuil=allégorie, la mère de Roberto Zucco n’a pas réussi à passé à autre chose après la mort de son mari, c’est comme si elle portait un lourd fardeau sur c’est épaule qu’elle ne peut pas enlever, elle a la mort de son mari sur sa conscience.

-l15 « Tu l’a jeté par la fenêtres comme on jette une cigarette »
=> comme on jette une cigarette= comparaison,cela montre que Roberto n’éprouvait aucun amour pour son père ni respect. Son père n’a aucune valeur à ses yeux. Il s’est débarrassé de lui facilement sans remords .

-l12« j’en est besoin maman, j’en est besoin »
=> besoin=répétition, cette insistance a vouloir récupérer son treillis masque un besoin. Son treillis est comme une drogue pour lui il en a besoin comme si il avait une addiction à ce vêtement.
avatar
Rahim Oug
Invité

Séance 1 - ET n°10 : Le meurtre de la mère - Page 2 Empty Re: Séance 1 - ET n°10 : Le meurtre de la mère

le Lun 23 Mar - 10:36
C’est un texte entre Zucco (Roberto), un « adolescent » ayant tué son père eut un dialogue avec sa mère à propos de son « treillis » (un vêtement).
Apres quelques échanges futiles, sa mère utilise plusieurs méthaphores ( l.30 à 32) afin de lui faire comprendre de manière détourné qu’elle a « abandonné » son fils apres ce meurtre.
A la fin de cet extrait, l’auteur nous fait comprendre que sa mère a malheuresement connu le même sort que son père...

RAI

L.2: « Ne crie pas ,Roberto ,ne crie pas... »Une anaphore est utilisée afin d’amplifier le refus de la mère à propos du fameux « treillis ».

L.4-5-6: Pour moi, elle ne fait pas confiance a son fils pour laver ce treillis dans un endroit cotoyé par un assez nombre de personnes apres cet incident ....

avatar
Admin
Messages : 356
Date d'inscription : 16/03/2020
Voir le profil de l'utilisateurhttps://el-kasmi-van-gogh.forumactif.com

Séance 1 - ET n°10 : Le meurtre de la mère - Page 2 Empty Re: Séance 1 - ET n°10 : Le meurtre de la mère

le Lun 23 Mar - 11:31
Bonjour à tou.te.s,
J'espère que vous avez passé un bon week-end, je reviens donc maintenant sur le travail que vous m'avez proposé.

Lina : l. 1 à 5 : Oui, tu fais bien d'insister sur le comportement protecteur de la mère, qui semble déplacé vàv d'un meurtrier (attention, il n'a pas encore commis de matricide à ce moment-là, "seulement" un parricide). L'amour maternel transparaît bien ici.
L. 2 et 3 : Oui, tu as raison. Pour l'instant laisse de côté le meurtre de la mère à la fin de l'extrait. C'est intéressant en effet de voir qu'elle répète cette négation, "ne crie pas" , alors que Zucco semble plutôt calme, finalement. Aucune didascalie ne nous indique qu'il crie à la l. 1.
L. 14-19 : Tu as raison - on peut noter ici que c'est surtout le charme incroyable de Zucco qui est mis en avant => sa gentillesse aurait le pouvoir de faire oublier ses pires crimes.
L. 11 : Bien - Koltès veut ici nous donner l'image d'un personnage à multiples facettes, qui n'est pas juste une brute, mais qui a une véritable complexité. Quant à l'effet produit chez le spectateur, attention à ne pas être simpliste => on peut être "rassurés" par la douceur du personnage, mais être du coup d'autant plus mal à l'aise lorsqu'il commet des actes criminels.
avatar
Messages : 16
Date d'inscription : 16/03/2020
Voir le profil de l'utilisateur

Séance 1 - ET n°10 : Le meurtre de la mère - Page 2 Empty Re: Séance 1 - ET n°10 : Le meurtre de la mère

le Lun 23 Mar - 11:39
Partie 1

"J'ai toujours été doux et gentil avec toi" (l-11) adverbe => L'auteur montre bien que Roberto n'étais pas pareil avec son père qu'avec sa mère ce qui montre le changement incompréhensible : on se demande pourquoi il a tué son père.

"comme on jette une cigarette" (l.15) comparaison => L'auteur montre bien que Roberto a tué son père comme si c'était un acte normal et quotidien. Il ne s'est pas posé de question.

"et ta douceur me ferai tout oublié roberto" (l.16) futur simple => La mère ne veut pas que Roberto soit gentil, elle ne peut toujours pas oublié ce qu'il a fait à son père. Elle ne veut pas le pardonner, elle ne veut pas que celui-ci lui apporte une quelconque forme de gentillesse.

avatar
Messages : 11
Date d'inscription : 16/03/2020
Voir le profil de l'utilisateur

Séance 1 - ET n°10 : Le meurtre de la mère - Page 2 Empty Re: Séance 1 - ET n°10 : Le meurtre de la mère

le Lun 23 Mar - 11:45
relevé : « tu l'as jeté par la fenêtre, comme on jette une cigarette"
analyse : comparaison
interprétation : ici, on compare le père a une cigarette. Pour la mère, on peut ressentir sa douleur de la mort de son mari. Pour le lecteur, le fait de comparer la mort/le fait de jeter le père comme une cigarette peut faire penser à une répétition quotidienne => jeter des cigarettes est une habitude, donc on peut penser que tuer des gens est une habitude pour Roberto.

relevé : « ne crie pas Roberto, ne crie pas, tu me fais peur ; ne crie pas tu vas réveiller les voisins"
analyse : anaphore => répétition du groupe de mots "ne crie pas"
interprétation : avec cette anaphore on peut ressentir la peur, l'angoisse de la mère. Elle est effrayé par son fils. Le lecteur peux penser que la mère est terrifié par quelque chose qu'a fait son fils car on peut pas forcément être effrayé à l'idée de rendre un habit.

relevé : entre gris mais est-ce que tu vas me tuer à mon tour ?
analyse : phrase interrogative
interprétation : la mère ne pense qu'à ça. Elle a peur que son fils la tue. on peut penser que l'idée l'obsède.
avatar
Admin
Messages : 356
Date d'inscription : 16/03/2020
Voir le profil de l'utilisateurhttps://el-kasmi-van-gogh.forumactif.com

Séance 1 - ET n°10 : Le meurtre de la mère - Page 2 Empty Re: Séance 1 - ET n°10 : Le meurtre de la mère

le Lun 23 Mar - 11:56
Lisa : l. 2 : Bien. Tu as raison aussi de dire que cela souligne davantage la peur de la mère que la violence de Zucco (qui finalement, apparaît peu au début de la scène).
L. 12 : Oui, c'est même une phrase interro-négative. Ce serait bien de s'interroger sur ce que pourrait représenter le treillis pour lui, qu'est-ce que vous en pensez ?
l. 16-17 : TB pour l'analyse (question rhétorique + comparaison). C'est très bien d'insister en effet sur la facilité du geste => on a l'impression que pour Zucco, un meurtre ne représente rien - il dira même dans la dernière scène : "c'est normal de tuer ses parents".

Leïla : l. 10 : TB pour l'analyse (allégorie). Oui, mais petite nuance : je ne sais pas si elle a la mort de son mari sur la conscience, elle n'en est pas responsable. Mais tu as raison de dire qu'elle est encore particulièrement affectée par le meurtre commis par son fils.
l. 15 : Bien (voir commentaire pour Lisa)
l. 12 : bonne remarque. En effet, on ne comprend pas bien pourquoi il est tant attaché à ce vêtement. Est-ce que vous avez une idée d'interprétation ? Que pourrait représenter ce treillis ?

avatar
Admin
Messages : 356
Date d'inscription : 16/03/2020
Voir le profil de l'utilisateurhttps://el-kasmi-van-gogh.forumactif.com

Séance 1 - ET n°10 : Le meurtre de la mère - Page 2 Empty Re: Séance 1 - ET n°10 : Le meurtre de la mère

le Lun 23 Mar - 12:02
Rahim : l. 2 : Bien, mais je ne pense pas que ce soit le refus de la mère qui est amplifié, mais plutôt sa peur face à ce fils qu'elle a engendré mais qu'elle ne reconnaît plus, dont elle ne peut pas prévoir les gestes.
l. 4-5-6 : pourquoi pas, elle a peut-être peur de laisser son fils aller dans un endroit public, mais c'est surtout intéressant de voir l'explication de Zucco, lorsqu'il lui répond qu'il aime les laveries.

Andrea : l. 11 : c'est vrai qu'on peut s'interroger de cette distinction que Zucco souligne ici. D'ailleurs on n'aura jamais d'explication sur le parricide - pas plus que sur le matricide d'ailleurs.
l. 15 : bien (voir remarques plus haut)
l. 16 : attention, c'est ici du conditionnel. Mais en effet, tu as raison, et on peut surtout s'interroger sur le pouvoir de Zucco => sa douceur aurait-elle la capacité de faire oublier tous les crimes commis ?
avatar
Admin
Messages : 356
Date d'inscription : 16/03/2020
Voir le profil de l'utilisateurhttps://el-kasmi-van-gogh.forumactif.com

Séance 1 - ET n°10 : Le meurtre de la mère - Page 2 Empty Re: Séance 1 - ET n°10 : Le meurtre de la mère

le Lun 23 Mar - 12:05
Natacha : 1. Très bien pour la comparaison - et en effet, on a l'impression que tuer des gens est une habitude pour Zucco, et la suite de la pièce nous le confirmera d'ailleurs. Il ne pense absolument pas à la douleur et la peine causée par ses actes, pas par méchanceté, mais parce qu'on a l'impression qu'il en est incapable.
2. Oui, ici la mère est tout simplement effrayée du retour de son fils, qui devrait être en prison. Elle est effrayée parce que c'est un meurtrier qui frappe à sa porte.
3. On constate en effet que la mère s'attend à être tuée, comme son mari - et la suite des évènements lui prouvera qu'elle avait raison.
avatar
Admin
Messages : 356
Date d'inscription : 16/03/2020
Voir le profil de l'utilisateurhttps://el-kasmi-van-gogh.forumactif.com

Séance 1 - ET n°10 : Le meurtre de la mère - Page 2 Empty Re: Séance 1 - ET n°10 : Le meurtre de la mère

le Lun 23 Mar - 12:08
Par ailleurs, je vous propose ici un lien vers une fiche de rdv sur Zoom que je vous propose de remplir si vous le souhaitez. Vous remarquerez que j'ai prévu le créneau de demain à 16h pour vous, mais je peux tout à fait le déplacer si vous le souhaitez.
avatar
Timothy Tchicaya, Enzo
Invité

Séance 1 - ET n°10 : Le meurtre de la mère - Page 2 Empty Re: Séance 1 - ET n°10 : Le meurtre de la mère

le Lun 23 Mar - 13:07
L2/4: R: "ne crie pas, Roberto, ne crie pas tu me fais peur, ne crie pas"
A: répétition de" ne crie pas "
I: cela nous fait savoir que la mère de zucco est effrayé par son comportement. Elle tente de rester forte pour ne pas lui monter ses faiblesse, pour cela elle insiste sur le fait qu'elle doit laver son treillis auquel il tient tant.
L12/13 R:" j'en est besoin maman, j'en est besoin"
A:répétition de "besoin"
I:Zucco est comme obsédé par son treillis mais pourquoi ?? Je pense que son treillis à une valeur sentimental pour Zucco, il lui permet d'être en confiance et de se sentir plus fort comme si son treillis lui permettait d'avoir le "courage" de tués.
L14 R:"ne sois pas gentil avec moi, Roberto."
A:phrase negative
I: Roberto essaie d'amadouer sa mère pour qu'elle lui donne son treillis. Mais sa mère ne tombe pas dans le piège. Avant de lui donner son treillis elle doit vider son sac et lui dire touts se qu'elle pense de lui.
avatar
Admin
Messages : 356
Date d'inscription : 16/03/2020
Voir le profil de l'utilisateurhttps://el-kasmi-van-gogh.forumactif.com

Séance 1 - ET n°10 : Le meurtre de la mère - Page 2 Empty Re: Séance 1 - ET n°10 : Le meurtre de la mère

le Lun 23 Mar - 13:41
Timothy et Enzo (j'espère que vous respectez bien le confinement ! Wink ) : l. 2/4 : Elle tente de rester forte, oui, mais c'est intéressant surtout de voir que la violence de Zucco, même si elle n'apparaît pas encore, plane déjà comme une menace sur la scène.
l. 12/13 : c'est une hypothèse intéressante => un treillis est un vêtement militaire, donc on peut en effet l'associer à la force et peut-être à la violence.
l. 14 : Bien, mais est-ce qu'elle ne tombe vraiment pas dans le piège ? Elle finira quand même par embrasser son garçon à la fin de la scène, et elle en mourra. On voit ici en effet que la douceur de RZ est redoutable...
avatar
Messages : 15
Date d'inscription : 16/03/2020
Voir le profil de l'utilisateur

Séance 1 - ET n°10 : Le meurtre de la mère - Page 2 Empty Re: Séance 1 - ET n°10 : Le meurtre de la mère

le Lun 23 Mar - 15:16
Partie 1 (ligne 1-19) :
Ligne 2 :  « Ne crie pas, Roberto, ne crie pas, tu me fais peur ; ne crie pas, tu vas réveiller les voisins. » => répétition de l’impératif « ne crie pas » à trois reprises => au travers de cette répétition, nous pouvons imaginer la crainte et la peur de la mère face à son fils, on peut imaginer la fébrilité de sa voix, le fait qu’elle doive le répéter trois fois nous fait comprendre que Roberto devait sans doute être colérique, parler fort, trop fort, de manière agressive, le lecteur peut donc ressentir la peur et l’angoisse. Avec la dernière partie de la phrase, on peut voir qu’au-delà de la peur qu’elle a, elle veut également éviter qu’ils aient des ennuis, on aurait même presque l’impression que le fait de ne pas avoir de problèmes avec le voisins passe au-dessus du fit qu’elle a peur.

Ligne 14-15 : « Comment veux-tu que j’oublie que tu as tué ton père, que tu l’as jeté par la fenêtre, comme on jette une cigarette ? » =>  comparaison => au travers de cette comparaison, on comprend que Roberto à ôter la vie de son père avec une telle banalité, un geste anodin, habituel comme si c’était un acte sans importance… ainsi la cruauté et l’image horrifiée que nous avons de Roberto ne fait qu’être renforcée.
Est-ce qu’ici on peut parler d’allitération ? Le son « t » se répète à neuf reprises. « Comment veux-tu que j’oublie que tu as tué ton père, que tu l’as jeté par la fenêtre, comme on jette une cigarette »

Ligne 10 : « je porte encore le deuil de ton père » => euphémisme => jusqu’ici dans le texte, la mort du père n’a pas été abordée, on nous apprendre cette triste nouvelle (si on lit seulement cette scène et non pas le livre) sans pour autant employer de mots forts tels que les mots dérivés de "mort" », on voit également que la mère de R. Zucco se sent coupable puisqu’ « [elle]porte encore de le deuil de [son] père » alors qu’elle n’est en rien coupable de cette atrocité, le lecteur peut donc à la fois compatir avec la situation dans laquelle elle est plongée, mais aussi ressentir la culpabilité qui la hante, car elle se sent responsable des actes de son fils.
avatar
Admin
Messages : 356
Date d'inscription : 16/03/2020
Voir le profil de l'utilisateurhttps://el-kasmi-van-gogh.forumactif.com

Séance 1 - ET n°10 : Le meurtre de la mère - Page 2 Empty Re: Séance 1 - ET n°10 : Le meurtre de la mère

le Lun 23 Mar - 17:03
Alex : 1. Très bien. J'aime bien l'utilisation du terme de fébrilité, qui me semble être très bien utilisé ici. Et c'est vrai qu'on peut imaginer ici que la mère a une réaction finalement très banale lors de tensions familiales => sa principale peur est le "qu'en dira-t-on", elle pense à son image auprès des voisins.
2. Très bien. En effet, en tant que lecteur/spectateur, on peut être glacés par la désinvolture de Zucco. Nous percevons son charisme, mais la cruauté de ses actes ne peut pas être oubliée. Et tu as tout à fait raison de parler d'allitération, surtout au théâtre où les mots ont vocation à être prononcés => ici, la répétition du son [t] me semble intéressante, qu'est-ce qu'elle peut provoquer comme effet produit ? Est-ce que c'est un son doux, agréable à entendre ?
3. Bien pour l'euphémisme. Par contre l'expression de "porter le deuil" ne veut pas forcément dire que la mère se sent coupable. Après, lorsqu'elle retrace son parcours dans la longue tirade (partie 2, que l'on va commencer à étudier), là on voit qu'elle se sent coupable de ne pas avoir perçu l'évolution meurtrière de son fils.

avatar
Admin
Messages : 356
Date d'inscription : 16/03/2020
Voir le profil de l'utilisateurhttps://el-kasmi-van-gogh.forumactif.com

Séance 1 - ET n°10 : Le meurtre de la mère - Page 2 Empty Re: Séance 1 - ET n°10 : Le meurtre de la mère

le Mar 24 Mar - 13:15
Bonjour à tou.te.s,
Merci pour vos propositions, on va maintenant procéder de la même manière pour la 2e partie (la tirade de la mère l. 20 à 32). Chacun propose 3 RAI pour faire avancer la discussion sur le texte.
Bonne journée !
avatar
Lisa deschamps
Invité

Séance 1 - ET n°10 : Le meurtre de la mère - Page 2 Empty Re: Séance 1 - ET n°10 : Le meurtre de la mère

le Mar 24 Mar - 14:10
Ligne 20:
"Est-ce moi, Roberto, est-ce moi qui t'ai accouché? Est-ce de moi que tu es sorti?"
Répétition et question rhétorique
La mère a du mal à accepter qu'elle a mit au monde un meurtrier, elle se pose toute ses questions mais en réalité elle sait que c'est bien son fils. Elle se rassure elle-même en quelque sorte.

Ligne 24-25:
"Pourtant, je te reconnais, Roberto."
Phrase avec l'adverbe "pourtant" et le nom propre "Roberto"
Elle confirme que malgrès tout c'est son fils, mais on sent presque qu'elle est déçue, déçue de constater qu'elle reconnaît ce dernier.

Ligne 32:
"Je t'oublie, Roberto, je t'ai oublier".
Verbe au présent puis verbe au passé composé
La mère de Roberto dit qu'elle l'oublie comme si elle était en train d'essayer mais en réalité, elle l'a déjà oublier, forcer de constater qu'il ne sera plus jamais comme avant. Le mot oublier est un mot fort je sais pas si on peut réellement oublier l'enfant qu'on a mit au monde.
avatar
Messages : 16
Date d'inscription : 16/03/2020
Voir le profil de l'utilisateur

Séance 1 - ET n°10 : Le meurtre de la mère - Page 2 Empty Re: Séance 1 - ET n°10 : Le meurtre de la mère

le Mar 24 Mar - 14:13
PARTIE 2

"Pourtant, je te reconnais Roberto" (l-24/25) Adverbe => La mère reconnait bien son fils physiquement mais mentalement elle ne comprend pas ce qu'il s'est passé, elle ne comprend pas ce changement si brutal qui l'a poussé à tuer son père. Elle ne veut pas croire que c'est son fils mais cest bien lui.

"Qui a posé un tronc d'arbre sur ce chemin si droit pour te faire tomber dans l'abîme ?" (l.29) phrase interrogative => L'auteur met en valeur l'interrogation de la mère face aux actes de Roberto : elle ne comprend comment il en est arriver là, pourquoi il a tué son père.

"Un train qui a déraillé, on essaye pas de le remettre sur les rails" (l-31) métaphore => La mère montre bien son envie d'oublier Zucco après ce qu'il a fait : Elle ne peut pas accepter la mort de son mari tué par son fils.
avatar
Admin
Messages : 356
Date d'inscription : 16/03/2020
Voir le profil de l'utilisateurhttps://el-kasmi-van-gogh.forumactif.com

Séance 1 - ET n°10 : Le meurtre de la mère - Page 2 Empty Re: Séance 1 - ET n°10 : Le meurtre de la mère

le Mar 24 Mar - 15:17
Lisa : l.20 : Très bien. En effet, c'est très pertinent de dire qu'elle tente de se rassurer elle-même. Elle n'arrive pas à accepter d'avoir créé un meurtrier, un monstre.
l. 24-25 : Oui, très bien de dire qu'elle est déçue : c'est finalement un aveu d'échec pour elle => elle est obligée de reconnaître que c'est bien elle qui a donné naissance à ce tueur.
l. 32 : En effet, "oublier" est un terme fort pour parler de son enfant. Ici, il veut dire deux choses : 1. Elle est déterminée à s'éloigner de son fils, elle est en train d'arracher les sentiments qui pourraient l'attacher à lui. 2. Elle essaie de se convaincre elle-même, surtout lorsqu'elle conjugue ce verbe au passé composé => elle ne peut pas l'avoir déjà oublié.

Andrea : l. 24-25 : en effet, elle est obligée de le reconnaître physiquement, mais elle a du mal à accepter l'idée qu'elle a créé un monstre.
l. 29 : Oui - quelle figure de style a-t-on ici ? (à deux reprises d'ailleurs) => elle refuse de croire qu'elle est responsable du changement qui s'est opéré chez son fils : elle n'a fait que créer un "chemin si droit", et c'est de la faute de ce "tronc d'arbre" que Zucco est devenu un meurtrier, ce n'est donc pas de la faute de la mère.
l. 31 : TB pour la métaphore. Elle compare en effet Zucco à un "train qui a déraillé". Aucun pardon n'est possible, donc tu as raison, elle n'a d'autre choix que d'oublier son fils, puisqu'elle ne pourra jamais accepter ce qu'il a fait.
Contenu sponsorisé

Séance 1 - ET n°10 : Le meurtre de la mère - Page 2 Empty Re: Séance 1 - ET n°10 : Le meurtre de la mère

Revenir en haut
Permission de ce forum:
Vous pouvez répondre aux sujets dans ce forum